Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
fredericbonan
fredericbonan
Menu

Memo historique Arthur D. Little/ une organisation révolutionnaire

Memo historique Arthur D. Little/ une organisation révolutionnaire

 

Lorsque Arthur D. Little créa en 1886, le groupe éponyme Arthur D. Little, il était loin d'imaginer que cette formidable société de conseil serait la première du genre.

 

En effet, au delà de la merveilleuse histoire technologique de cette entreprise, elle fut également la première société de conseil au monde. Par la suite, de nombreuses organisations furent créées. Certaines demeurent fameuses et atteignent un succès planétaire.

 

Quoiqu'il en soit, le modèle organisationnel matriciel fut créé. Ce fut une révolution dans le domaine de l'entreprise.

Aujourd'hui encore certains redécouvrent avec parfois une candeur juvénile les bienfaits apparents de cette organisation datant déjà du 19ème siècle.

 

En effet l'habitude humaine ramène  constamment l’organisation à sa réalité ; l'ambition du pouvoir de certains dirigeants, rêvant être au sommet d'une pyramide la plus haute possible.

Les bons managers et patrons ont en effet le réflexe de déléguer en s'entourant de lieutenants qui eux même s'entourent de lieutenants etc… Mais au fil des délégations successives la pyramide grossis de plus en plus. Les dirigeants pouvant parfois perdre pied avec la réalité.

 

Il est vrai que le management devient complexe lorsque les métiers, les zones géographiques, les clients, les niveaux de compétences se multiplient. Les plus malins (!) décident alors dans un éclair de génie d'inventer une organisation matricielle. Convaincus d'avoir trouvé la pierre philosophale du management et de la modernité, ils se lancent dans cette nouvelle organisation avec vaillance et imprudence parfois.

 

Ce modèle bien que révolutionnaire il y a un siècle et demi reste souvent inadapté à la modernité du monde d'aujourd'hui qui évolue dans l'instant. Un monde où les révolutions se propagent à la vitesse d'internet d'un pays à l'autre. Les organisations humaines doivent désormais se tourner vers des groupes modulaires et agiles, organisés en réseau neuronaux. Mais je reviendrai plus tard sur ce sujet.

 

Revenons à l'histoire,  gardons un œil humble et analysons l'incroyable aventure du groupe Arthur D Little.

Cette société fut portée par cette organisation matricielle avec une fulgurante notoriété et réputation. Le groupe s'organisa et progressivement, portée par son succès, des individus brillants qui se succédèrent à sa tête.

 

Au fil du temps le système devint complexe. Un nombre croissant d'individus (en pourcentage) devenait à chaque nœud de la matrice, décisionnaire mais perdait la vue d'ensemble. Plus personne ne devenait responsable de l'avenir et des groupes de partners décidaient individuellement de zones d'actions ayant des incidences plus globales. Des centres de coûts commencèrent à naître.

 

La tête de l'entreprise était entre les mains d'un homme élu sans relation directe avec l'entreprise afin de garder toute objectivité dans le choix des décisions. Progressivement la déresponsabilisation prenait de l'ampleur, portée par les guerres politiques internes (ceci arriva malgré la très grande qualité des salariés de ce groupe).

 

 

Lorsque les contraintes temporelles et financières de 2001 arrivèrent (crises et internet) le modèle se fissura et l'entreprise déposa le bilan. La grande histoire de ce groupe fantastique touchait peut être à sa fin.

 

Conscient de la valeur de cette entreprise et de ses femmes et hommes, j'ai porté avec le groupe Altran le redémarrage du groupe ADL. J'étais convaincu qu'il fallait peu de choses pour le relancer. Avec mes équipes et une poignée de dirigeants d’ADL nous avons sauvé cette organisation. J'ai eu le plaisir de le diriger et de lui permettre à nouveau de réaliser des profits. Nous avons faits quelques évolutions subtiles et légères du modèle. Il devint rapidement à nouveau profitable.

 

Je décrirai ultérieurement les nuances managériales que nous avons mises en place à cette époque. Depuis 2002 il vit sa vie sous d’autres directions...

 

Les organisations peuvent apparaître simples et en réalité être complexes. En revanche la complexité de l'organisation peut lui devenir fatale. Quoiqu'il en soit, l'ambition  personnelle du dirigeant doit toujours être nuancée par les contraintes culturelles et humaines des entreprises. Parfois de simples nuances semblant être d’une trivialité peuvent faire basculer l’entreprise dans un sens ou dans l’autre.

 

 

 

Frédéric Bonan

 

 

Frédéric Bonan

 

ref : http://dictionnaire.sensagent.com/arthur+d.+little/fr-fr/

http://www.consultant-news.com/default.aspx?p=&cn=Arthur%20D%20Little&showAll=1

www.altran.com/document/?f=Altran_20020514_CF_FR.pdf

www.altran.com/document/?f=Altran_2002_DR_FR.pdf

www.altran.com/document/?f=Altran_20040608_DR_FR.pdf

www.altran.com/document/?f=Altran_20040719_DR_EN.pdf

http://www.consultant-news.com/default.aspx?p=&cn=Arthur%20D%20Little&showAll=1

 http://dictionnaire.sensagent.com/frederic+bonan/fr-fr/

www.altran.com/document/?f=Altran_2001_RA_ES.pdf

http://www.consultant-news.com/article_display.aspx?p=adp&id=300

altran-prod.tequilarapido.net/document/?f=Altran_2001_RA_EN.pdf